21.02.2021

“L'important n'est plus de prévoir le futur mais de le rendre possible”

Saint-Exupéry nous a laissé une orientation pour (re) trouver les chemins de la croissance. Il incite à mieux définir son AMBITION et à travailler sur sa mise en œuvre. Donc sur nos capacités à prendre des décisions. Savoir décider n'est pas un acte facile mais c'est le quotidien des dirigeants. Les sciences cognitives viennent en soutien au management afin de mieux comprendre comment le processus de prise de décision s'opère dans le cerveau.

L'Etat, actionnaire de milliers de PME ?

Selon la Banque de France, jusqu'à 7 % des PGE pourraient ne pas être remboursés, soit entre 5 et 8 milliards d'euros. Si Bercy et les banques travaillent sur des solutions comme le remboursement différé, il existe uneproposition plus innovante, mais qui semble relever de la science-fiction, qui consisterait à convertir les PGE en fonds propres. Concept séduisant permettant d'alléger le remboursement tout en facilitant les investissements. Cela ferait “rentrer” les banques au capital de leurs clients, ce qui, sur le plan réglementaire, poserait problème.

L'Etat étant garant de ces prêts, il pourrait également convertir cette créance en capital. Si ce mécanisme peut être envisageable pour certaines PME ETI, il est difficile d'imaginer l'État au capital de toutes ces petiteentreprises et commerces qui ont sollicité un PGE. Côté dirigeants, il n'est pas certain que l'entrée au capital de l'Etat soit bien appréciée. Mais on sait bien qu'en temps de crise toutes les idées restent bonnes à prendre !

(Synthèse de l'article les Echos du jeudi 11 février 20221 - Romain GUEUGNEAU)

Trois leçons pour les entreprises du futur

Sur la base de 30 entretiens avec des entreprises mondiales de divers secteurs, Mc Kinsey publie un rapport qui dresse trois champs d'actions prioritaires pour les entreprises désireuses de se réorganiser pour le futur :

  1. Renforcer l'identité de l'entreprise : Affirmer sa raison d'être et répondre à la question "qui sommes-nous ?" - Avoir un agenda qui précise les objectifs et les ressources - Renforcer sa culture d'entreprise.
  2. Se rendre flexible et accélérer : Privilégier les organisations horizontales - Petites équipes, flexibles et collaboratives - Accélérer le processus de prise de décision - Attacher autant d'importance à la gestion du capital qu'à la gestion des talents !
  3. S'adapter constamment : Agile, savoir faire face aux défis de demain. Penser son développement au sein d'un large écosystème - Investir dans la data - Accélérer la formation des collaborateurs avec la mise en place d'une démarche "experiment and learn"

(Synthèse de l'article Les Echos du 11 février 2021 - Léna SANCHEZ)

Le propos de WICS

Et finalement, quand on reprend la définition de l'intelligence… il y aurait quelque chose de logique à ces préconisations :

"l'intelligence c'est la capacité de comprendre les informations qui nous entourent et de s'y adapter".

L'intelligence émotionnelle est devenue une compétence incontournable !

Cap Gemini Research a publié un rapport (2019) qui démontre que l'intelligence émotionnelle (IE) devient incontournable dans l'entreprise. Le concept de l'IE se définit comme la capacité de percevoir, comprendre et identifier ses propres émotions ainsi que celles des personnes de notre entourage. L'IE, bien connue par les équipes de management, bouleverse le monde du travail. En effet, face à la montée de l'automatisation et de l'IA, elle va devenir nécessaire à tous les travailleurs et pas seulement aux cadres - Propos de Jérôme BUVAT-Capgemini -

L'intelligence émotionnelle peut se développer chez toutes les personnes, grâce à des dispositifs de formation. Les organisations qui mettent en place des programmes de formation à l'IE en tirent de réels bénéfices : performances économiques peuvent être multipliées par quatre lorsqu'un investissement est réalisé pour promouvoir les compétences en matière d'Intelligence émotionnelle.

(Synthèse de l'article Les Echos du 28 Octobre 2019 - Léa SURUGUE)

Le propos de WICS :

Voilà enfin pour acquis que nous ne sommes pas des machines et en aucun cas nous ne laissons nos émotions à la porte de l'entreprise. Pour mieux les gérer, il faut comprendre comment elles fonctionnent et notamment dans le processus de décision.

Bill GATES sort son dernier livre : "Climat comment éviter le désastre "

Avec un degré de précision et une clarté d'exposition des enjeux, Bill Gates nous délivre ses réflexions et ses propositions de solutions pour éviter un désastre climatique. Favorable au zéro carbone, BG explique pourquoi et surtout comment y parvenir. Le développement de l'éolien et du solaire, repenser de façon globale la production, les façons de chauffer les bâtiments. Il fait l'inventaire des technologies dont nous disposons déjà et qu'il faut développer. Bill Gates propose un véritable plan d'action qui donne envie d'y croire.

(Synthèse de l'article Les Echos 12 février 2021 - Daniel FORTIN)